Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 mai 2011 6 14 /05 /mai /2011 18:18

foetus15semainesLe débat sur l'IVG devrait-il être relancé ? En effet, l'interruption volontaire de grossesse (ou IVG), permettant à chaque femme, selon son bon plaisir, de tuer un être innocent ; pardon un foetus, terme oh ! combien dépénalisant ; devrait être remis fondamentalement en cause et son application, beaucoup plus encadré qu'elle ne l'est maintenant. Dans une société qui veut avant tout être celle de la consommation, il est normal que la vie elle-même devienne le fruit de la volonté consumériste et individualiste de ces sujets, car oui, la consommation est une sujétion au même titre que peut l'être le communisme ou le nazisme et l'IVG est son instrument de mort !!

 

Preuve en est, cette affaire qui a récemment choqué les habitants de Lille où une femme de 28 ans, enceinte, et désirant conserver son enfant subie malgré elle une IVG ; non pour des raisons de santé, mais juste à cause d'une bête erreur médicale, car la stagiaire infirmière avait oublié de lui demander son nom1. Preuve que l'IVG est devenu d'une banalité affligeante, où la société trouve normal de donné la mort... L'Etat n'a plus le pouvoir de mort sur ces sujets les plus vils, comme peuvent l'être les pédophiles, les violeurs ou les tueurs d'enfants, mais les femmes, elles, ont obtenus le droit de tuer la vie. Il s'agit sans doute du passage de la sphère sociétale à la sphère privée du droit de mort, pour pouvoir consommer selon son plaisir...

 

Cela engendre une dessacralisation totale de l'acte sexuel, du don d'amour que l'on fait à sa compagne (ou à son compagnon), puisqu'il n'y a plus aucun enjeu (celui de donner la vie), mais juste le fait de se vautrer dans son propre plaisir individuel et égoïste, ou tout au moins la satisfaction des besoins corporelles. Selon une étude anglo-saxonne2, les premiers rapports sexuels ont lieu de plus en plus jeune à partir du moment où ils ont accès à la contraception. Mais ne faut-il pas leur laissé le temps de vivre leur adolescence avant de « baiser », faut-il qu'à peine sorti de l'enfance, ils veulent immédiatement consommer leur corps et perdre trop rapidement leur innocence ? Voilà un des buts du pass-contraception, de permettre un consumérisme plus effréné chez les jeunes, pour détruire les encadrements traditionnels, permettant de les exploiter et de les manipuler avec plus de facilité, car ces jeunes adultes, seront dans l'émotivité direct et non plus dans la réflexion...

 

C'est par la perversité morale que les civilisations sont détruites, et la notre, à moins d'un rebond foudroyant et rapide est très proche du gouffre...

____________________________

1Source : « Lille : confondue avec une autre, elle subit une IVG contre son gré », Le Parisien, 13/05/11 :  http://www.leparisien.fr/societe/lille-confondue-avec-une-autre-elle-subit-une-ivg-contre-son-re-13-05-2011-1448067.php

 

 

Partager cet article
Repost0
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 13:26

182272_152551878135449_116145538442750_304035_7120849_n.jpg

C’était un acteur riche de promesses et de bons contrats. On se souvient de ses exceptionnelles prestations dans The Count of Monte Cristo et The Thin Red Line – un petit chef d’œuvre –, pour ne parler que de ces deux films à succès. Mais voilà, James (Jim) Caviezel accepta, en 2003, d’interpréter le rôle de Jésus dans La Passion du Christ de Mel Gibson. Et il est, depuis, ostracisé par Hollywood…


Il a raconté tout cela, samedi soir, devant près d’un millier de personnes rassemblées à First Baptist Church d’Orlando (Floride). Il se souvient encore du coup de téléphone que Gibson lui passa en 2003 pour lui proposer d’interpréter le rôle du Christ dans le film qu’il préparait, et même qu’il méditait depuis de longues années. Caviezel accepta d’emblée. Vingt minutes plus tard, Gibson le rappelait : « Tu sais qu’en acceptant tu ne trouveras plus jamais de boulot dans le métier ? ». Caviezel lui répondit : « Nous devons tous porter notre croix ».


Gibson ne s’était pas trompé. Et Caviezel pas davantage. Plus aucun contrat à Hollywood pour ce jeune et talentueux comédien catholique « rejeté par sa propre profession » comme il l’a déclaré.


« Jésus est aussi controversé aujourd’hui qu’Il l’était voici deux mille ans », a confié Caviezel au public, ajoutant : « Nous devons tous faire le sacrifice de nos noms, de nos réputations et de nos vies pour dire la vérité » ! Quelle leçon !
Certes, le pieux catholique qu’est Caviezel n’est pas tendre, et avec raison, contre le comportement privé – et évidemment rendu public par la notoriété de l’intéressé – de Mel Gibson, « un affreux pécheur ». Mais il a fait au public une demande qui s’adresse aussi à nous : « Mel Gibson n’a pas besoin de votre jugement, mais de vos prières ».

 

La Passion du Christ de Mel Gibson fut un formidable succès – et demeure un chef-d’œuvre – né au milieu d’une non moins formidable polémique – j’en sais quelque chose ! Le film fut accusé d’être anti-sémite, ce qui est stupide. Mais ce qui l’est moins c’est de constater que l’industrie cinématographique de Hollywood, largement dominée par des israélites, ostracise les professionnels chrétiens avérés au seul motif qu’ils ont été de près ou de loin liés à Gibson.

 

Source : Americatho

Partager cet article
Repost0
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 12:21

Nous avons vu les scènes de liesse se dérouler sur le lieu des attentats du 11 septembre 2001, après la mort du plus grand ennemi de l'amérique... Comme ce défilé patriotique était beau et touchant, comme cette mort n'était pas calculé et prémédité depuis de nombreuses années...

 

On se souvient encore qu'un de nos piou-piou l'avait eu dans le viseur au début de la campagne d'Afghanistan et que le commandement américain avait interdit au sniper français d'abattre le chef d'Al Qaïda... Sa mort était inévitable, les élections américaines approchant, Obama tire Ousama comme le magicien tire le lapin de son chapeau. En effet, Obama, selon les sondages était le président le plus impopulaires de toutes l'histoire des Etats-Unis (surtout depuis l'invention des sondages d'opinions à partir de 1936) et seul un miracle pouvait le sauver. Il jouait sa présidence et son passage dans l'histoire... Et il a remporté le gros lot ; de là, à imaginer que les services américains connaissaient la cachette d'Oussama et qu'ils le gardaient comme un joker, il n'y a qu'un pas que nous ne franchirons pas.

 

Lors de cette fameuse opération un hélicoptère, s'est craché. Jusque là, rien de trop anormale... Cela se complique lorsque le commando décide de mettre le feu à l'hélicoptère pour ne pas laisser de trace. La seule trace restante n'est autre que l'hélice arrière et selon les experts en armement, il s'agirait d'une nouvelle classe d'hélicoptère, des hélicoptères discrets (oui,  il est totalement impossible à un avion comme à un hélicoptère d'être totalement furtif, car il peut toujours être repéré, si bien que les experts n'emploie que le terme de "discret".), car les débris ne ressemble pas à ceux des MH60   (plus connu sous le nom de Black Hawk), traditionnellement utilisés par les Navy Seals, et c'est sans doute cette discrétion qui, selon Dan Goure ( ancien du Pentagone et aujourd'hui expert du Lexington Institute), à grandement participé à la réussite de cette mission.

 

Une autre polémique a enfler, puis est retomber comme un soufflet, à savoir "l'enterrement" de Ben Laden. Selon le porte parole du Pentagone, il s'agit d'un « enterrement en mer régulier ».La journaliste américaine, Anneke Green a publié une analyse troublante dans le Washington Times, qui indique les détails très probables de la cérémonie d’enterrement à bord de l’USS Carl Vinson. Comme le rapporte Green, il existe un protocole de funérailles militaires propre à la Marine, qui décrit comment un enterrement musulman doit se dérouler :

 

Le corps doit avoir été lavé et enveloppé “tel que requis pour les corps des musulmans”. Il s’agit d’un nettoyage devant être fait par un autre musulman. Ceux qui se sont rassemblés pour prier à l’enterrement -les membres de l’équipage apparemment puisque la famille n’était pas autorisée à participer à l’évènement- ont dû se tourner vers la Mecque.

 

Green, continue et découvre des prières funéraires qui doivent être prononcées, pendant lesquelles des supplications pour les défunts doivent être faites. Une prière que nous pourrions traduire de la sorte (la traduction depuis l’arabe n’est pas parfaite) :

 

« O Allah, pardonne-le, ait pitié de lui, pardonne-le, accorde lui la sécurité, fournit lui un endroit agréable et spacieux, lave le de ses pêchés avec de l’eau, de la neige et de la glace, purifie le comme un vêtement blanc une fois nettoyé de sa saleté, remplace sa demeure actuelle par une meilleure, remplace sa famille actuelle par une meilleure, remplace son partenaire actuel par un meilleur, fais le entrer au paradis et sauve le du châtiment de l’enfer. »

 

Mais ce qu’oublie de mentionner Green, c’est qu’avant cette supplication, le service de la prière obligatoire comprend la sourate d’ouverture du Coran, ou la «Fatiha». 

 

1.7. la voie de ceux que Tu as comblés de bienfaits, non celle de ceux qui ont mérité Ta colère ni celle des égarés !

 

Pas besoin d’être un spécialiste de l’Islam pour savoir que cette sourate contient une malédiction éternelle sur les Juifs ( "ceux qui ont mérité Ta colère" ) et les Chrétiens ( "des égarés" ).  Il n’y a beaucoup de raisons qui font que si le protocole funéraire filmé par les américains était publié (ce qui est peu probable), il ne le serait pas en entier. Et comme Green le note, l’armée américaine a la capacité de faire en sorte à ce que l’inhumation se fait d’une manière qui est conforme à la loi islamique, ainsi que conforme aux exigences pour un enterrement à la mer.

 

De plus, après cette mort, les écoles et instituts chrétiens fermés, églises sous surveillance et quartiers chrétiens  font l'objets de mesures de sécurité renforcées : telles est la situation que la communauté chrétienne enregistre dans les principales villes du Pakistan après la nouvelle de sa mort.

Ce sont les autorités civiles elles-mêmes qui ont disposé les mesures de sécurité en question à Islamabad, Lahore, Karachi, Multan et dans d’autres centres urbains ... Les chrétiens peuvent constituer une cible en ce qu’ils sont identifiés par les talibans comme servant les occidentaux et surtout les américains, responsables de la mort de leur leader bien-aimé.

Paul Bhatti, Conseiller spécial du gouvernement pour les Minorités religieuses, confirme à Fides que « la situation est tendue. Il existe en effet de fortes craintes de réactions, totalement insensées, contre les minorités chrétiennes. Le gouvernement accorde la plus grande attention aux mesures de prévention ».

Le Père Mario Rodrigues, Directeur des Œuvres pontificales missionnaires au Pakistan et résident à Karachi, à peine sorti d’une rencontre avec les autorités civiles, raconte à Fides : « Ils nous ont mis en garde en demandant la fermeture de nos instituts et en renforçant la surveillance de la police devant les églises. Les chrétiens au Pakistan sont, dans ce cas également, des victimes innocentes : tous les prétextes sont bons pour les menacer ou pour perpétrer des attaques contre eux ». (Agence Fides 02/05/2011)

 

 Ce qui est à craindre maintenant, c'est un mouvement totalement désordonné, où toutes les structures de cette nébuleuse qu'est Al-Qaïda vont vouloir rivaliser les unes avec les autres pour arriver à une domination sur les autres structures et que leur chef domine les autres ; ce qui va emmener le monde vers encore plus de chaos et de terrorisme. La guerre contre le terrorisme ne fait que commencer...

Partager cet article
Repost0
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 14:26

Et la révolution continue, inlassable.. Elle s'étend comme une trainée de poudre sur l'ensemble du monde arabo-musulman...

 

" Le bas peuple osa porter ouvertement les armes et montrer peu de respect pour le sultan, parce qu'il avait montre qu'il avait besoin d'eux, et avait demande leur appui. Ils formèrent deux partis [...] ils se mirent à se maudire l'un l'autre, ne pensèrent plus aux Grecs et laissèrent cette question de côté. Ils commencèrent a combattre les uns contre les autres, de sorte que de grands engagements eurent lieu entre eux ; il y eut des victimes des deux côtés, le sultan trop faible pour les arrêter et les repousser. Ils se livrèrent alors au brigandage, ils enlevaient aux gens les vêtements pendant le jour et se jetaient ouvertement sur les boutiques et les demeures des marchands. L'affaire devint grave et extrêmement sérieuse; les gens en souffrirent cruellement et les marches devinrent vides."

 

Cela ne vous rappelle-t-il pas des événements actuels, hormis que le sultan est généralement remplacés par un Raïs ? Cet extrait est tiré de l'Histoire de Yahya-Ibn-SA'ID d'Antioche, écrit au  Xe siècle. Après ces émeutes, le calife est remplacé, une nouvelle dynastie se met en place et l'Islam redevient conquérant. Les populations ont juste profité d'une fatigue du sultan et de son âge avancé ; hors dans la plupart des pays arabes, les dirigeants sont des personnages âgées qui peuvent se laisser débordés par la jeunesse de leur population. Les régimes qui, auront connu ces mouvements de jeunesse et qui s'en sortiront indemne, verront leur crédit grandi auprès de l'ensemble du monde arabe et pourront avoir un rôle plus important.

 

On peut également voir que ce mouvement est une réaction face à l'Occident, comme au Xe siècle, face à la peur de la super-puissance Byzantine. En effet, qui a entendu récemment des compte-rendu et des messages d'Al Qaïda (ou de structure disant y appartenir ; car Al Qaïda, à bien perdu sa tête en 2002, si que ce nom recouvre tous les organismes faisant du terrorisme islamique, comme une marque de fabrique internationalement reconnue) ? Personne... De là à voir un consentement de la part des différentes structures dites d'Al Qaïda, il n'y a qu'un pas... Ne savent-ils pas que la plupart de ces révolutions vont permettre d'établir un pouvoir plus religieux sur l'ensemble de ces pays ? Il est intéressant de remarquer que les pays islamiques : comme le Mali, l'Iran ou l'Arabie saoudite, n'ont pas réellement de problème avec les manifestants, ne représentant qu'une frange infime de leur population. Preuve que ces révolutions sont avant tout en lutte contre le pouvoir laïc incarné par des chefs autoritaires. Ces révolutions ne conduiront pas à des républiques démocratiques, mais très certainement à des républiques islamiques.

 

De plus, un véritable emballement médiatique à lieu. 3000 personnes qui manifestent au Maroc et les médias titrent le roi du Maroc aussi menacé... Ridicule. En plus, il y a eu aucune violence, bonjour la révolution ! Quelques syndicalistes perdus ont voulu faire la même chose qu'en Tunisie et en Algérie, mais c'est un flop monumentale, le régime marocain, n'a strictement rien a craindre et ces manifestations sont anecdotique. Ce dimanche le mouvement islamiste Justice et bienfaisance, soutenu par l'Association marocaine des droits humains (AMDH) (vous avez dit mélange des genres ? Les islamistes soutenus par l'Extrême Gauche... ), appellent à manifester, mais il est peut probable que la foule y réponde. Le Maroc en sortira renforcé, tout comme l'Iran, qui connaît, à son égard, le même emballement médiatique, autour d'arrestation qui sont normal depuis l'élection volée de Moussavi, en 2009. Ce sont les pays avec des régimes qui se rapprochaient le plus du système occidental, sur la voie kémaliste, qui risque le plus de se retourner vers leur culture traditionnelle.

 

 Ces révolutions ne pourront s'éteindre qu'au moment où un leader clair, sera prendre la place laissé vacante par le départ des dictateurs et considérés que cela sera concomitant avec les intérêts des occidentaux, seraient une erreur lourde, car c'est un mouvement de rejet de l'autre . Le cas de Boillon est symptomatique de ce mode de pensé, où même s'il a reçu un peu brusquement cette journaliste, ce qu'il a fait est extrêmement banale et ne mérite pas tout le scandale médiatique qu'il a engendré, mais dans la perspective précédemment énoncé, il y a un rejet vindicatif de tout ce qui peut-être différent, et qui est pourtant normal dans la péninsule arabique, où Boillon était en poste précédemment.

 

C'est la haine du l'ancien colon et du système qu'il a engendré qui domine l'ensemble de la société ; l'acceptation par l'Egypte de laisser passer des bateaux de guerre iranien par le passage de Suez marque la création de lien étroit entre les nouveaux apparatchit du régime égyptien avec l'Iran, d'où la création d'un bloc civilisationnel homogène, allant contre l'Occident...

 

 

 

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 23:27

Iran  Alors que les médias sont obnubilés par les énènements en Turquie et en Egypte, laissent pratiquement le reste du monde de côté. Les Iraniens ont pu ressentir un tremblement de terre de magnitude 6,3 sur l'échelle de Richter jeudi 27 à 16H38, selon le Centre du réseau sismique de Chine. Voilà bien une preuve, s'il en fallait une, que les médias sélectionnent l'information avec une claire volonté politique derrière. C'est exactement ce que dénonce le gouvernement hongrois en revenant sur l'indépendance de la presse, puisque ce dernier veut que les journalistes n'usent plus de leurs pouvoirs pour inciter les gens à penser comme eux, à penser comme une élite mondialisé...  

 

Pour revenir au sujet de cet article, l'épicentre du séisme se situe dans une zone semi-désertique, où il n'y a point de puit de pétrole à proximité donc ne jouant pas sur l'économie et de ce fait, n'intéressant pas les médias occidentaux. Avoir une information de ce type peut interroger le lecteur un peu soigneux et qui réfléchit, se rendra compte, qu'il y a une hausse de l'activité sismique dans ces régions et que, par conséquent, les infrastructures ont moins de chance de durer ; voir que le pouvoir central est affaibli, sinon, il y aurai eu une inondation de la toile (notamment sur les sites pro-iranien, vantant les mérites de la révolution islamique). On me dira que l'état iranien doit avoir peur de ce qui se passe en Egypte et en Turquie, si bien qu'il se recentre sur la sécurité, mais au contraire. Les thuriféraires n'ont plus besoin de montré sa force, puisqu'il est démocratique, peut (et va) servir d'exemple à cette jeunesse révoltée nord africaine ; c'est pourquoi, le régime ayant totalement confiance en lui-même n'a pas besoin, n'a plus besoin de se montrer sur un jour plus que louable. Les négociations menées à Istanbul vont dans ce sens, où ils ont posés comme préambule à toutes négociations, le désarment (nucléaire) d'Israël. L'Iran a plus confiance en lui-même qu'auparavant et va ainsi tenter, de prendre la tête d'un bloc civilisationnel et de pesé dans le destin du monde, pour proposer une voie alternative à l'Occident...

 

Ce qui est également intéressant à remarquer est que la seul agence de presse à en parler, est l'agence chinoise Xynthia. Montrant ainsi les relations, tout au moins, de bon voisinage, qui existe entre la République Islamique et la République populaire...

 

[Ajout] nous venons de voir les déclarations de benjamin Netanyaou : " il est aussi vrai que dans une situation de chaos, un mouvement islamiste organisé peut prendre le contrôle de l'Etat. C'est arrivé en Iran et ailleurs" [/Ajout]

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 15:20

La révolte gronde dans la majorité des pays musulmans du basin méditerranéen, pour remplacer les régimes dures et forts qui empêchent les parties qui s'appuient le plus sur la doctrine de s'exprimeer publiquement. Nous sommes à un tournant dans l'histoire de cette partie. Les élites qui veulent prendre le pouvoir ne sont pas comme les précédentes issus d'université étrangère, mais on grandit dans le pays et veulent retourner dans leurs traditions, leurs origines rêvées. C'est un repli identitaire, car le modèle qui leur était proposé a montré ces limites et est même entrain de décliner. le modèle capitaliste et occidental est en véritable chute libre, si bien que ces populations ayant des traditions différentes vont vouloir se replier sur elle-même ; c'est pourquoi, par exemple, l'opposant islamiste tunisien Rached Ghannouchi est enfin rentré dans son pays1 (que nous avons déjà évoqué ici), car une loi d'amnistie a été voté, permettant ainsi la renaissance de son parti : l' « Ennhadha ». Les tunisiennes redoutent leur retour, Mabrouka, 29 ans, racontent "J'ai vu beaucoup de barbus aujourd'hui, cela m'a fait peur", alors que les signes extérieurs de religiosité étaient très rares en Tunisie jusqu'à présent. Ou encore, ce chef d'une bande d'adolescent, lançant à une journaliste de l'AFP : "Avec la révolution, les droits des femmes, c'est fini!"2

 

Pour donner plus de poids et de crédibilité, les mouvements religieux vont alors, après avoirs créer des réseaux, mettre en place des services à la population et ainsi remplacé l'état devenu défaillant, permettant une meilleur emprise sur la société. C'est ce que font actuellement les Frères Musulmans en Egypte. « Les Frères musulmans, première force d'opposition en Égypte, ont annoncé de leur côté le recrutement de volontaires pour former des comités de quartier et protéger les établissements publics et privés. »3 Ils vont ainsi prendre une place encore plus importante dans le paysage, et même si Moubarak ne quitte pas le pouvoir, il pourrait rencontrer quelques problèmes lors des prochaines élections, ayant lieu en automne 2011.

 

Des personnalités occidentales, comme par exemple le directeur de l'IRIS4, se voilent la face en disant à qui mieux mieux, qu'il n'y a que des discours politiques. Il a raison en ayant tort car, dans la franche dur de l'islam, les deux sont intrinsèques, l'un ne va pas sans l'autre. Par exemple, il y a l'appel au Khilafah, « qui est un commandement général pour l'ensemble des musulmans [...] afin d'appliquer les lois islamiques et de porter le Message islamique au monde »5  et certains dans les manifestations tunisiennes y font appel :

 

La vidéo est issus de ce site.

______________

 

1 Flash actu du Figaro du 30/01/11 : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/01/30/97001-20110130FILWWW00068-l-opposant-ghannouchi-est-arrive-a-tunis.php

2 « Les Tunisiennes redoutent le retour des islamistes »,Jeune afrique du 23/01/2011 http://www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20091025T111726Z/

3 « Les Égyptiens se mobilisent pour se protéger des pillards », Le Figaro du 30/01/2011 : http://www.lefigaro.fr/international/2011/01/30/01003-20110130ARTFIG00074-les-egyptiens-se-mobilisent-pour-se-proteger-des-pillards.php

4 « Boniface ne croit pas au risque d'islamisation en Tunisie » Interview pour le Talk Orange/ le Figaro : http://www.lefigaro.fr/le-talk/2011/01/19/01021-20110119ARTFIG00556-pascal-boniface-invite-du-talk-orange-le-figaro.php

5 http://albadil.edaama.org/pdf/quesaistu.pdf

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 21:39

270px-RachedGhannouchiDès la nouvelle apprise à Londres, Rached Ghannouchi, leader du parti islamiste tunisien Ennahda (Eveil), condamné à perpétuité dans son pays, va prendre son billet d'avant pour revenir au pays. En effet, il dispose déjà d'un réseau de propagande, certaines mosquées font de la propagande en sous-main pour ce parti depuis des années, depuis que le gouvernement de Ben Ali à empêché les islamistes de prendre le pouvoir, ou de destabiliser le pays comme ils l'ont fait en Algérie et en Egypte (qui connaissent malgré tout des pouvoirs forts et autoritaires), dans les années 90. De plus, le réseau ainsi mis en place est dense et touche l'ensemble de la société car il instaure des structures d'aides, notamment pour la santé, l'éducation, et un grand nombre de service pour les plus pauvres, permettant de développer et d'encourager l'islamisme vers des populations ayant d'importantes raisons pour se mobiliser. Cela reprend le modèle qu'avait créé les Frères Musulman en Jordanie, de « développement d'infrastructure sociales et culturelles d'une république islamique »1.

 

Ghannouchi a subtilement fait valoir que son parti participait d'une mouvance « islamiste et démocratique, très proche de l'AKP turc », le parti islamo-conservateur au pouvoir en Turquie sous la direction du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan. Il a affirmé dans un entretien publié vendredi par le journal belge Le Soir, que son parti avait accepté en 1988 le statut des femmes tel qu'il est défini en Tunisie – c'est l'un des plus libéraux du monde arabe.2 Mais rappelons qu'il était le gardien de la ligne dure du parti et qu'il avait déclaré dans une interview quelques années après son arrivé sur le sol européen, « qu'il n'existe que deux Parlements dignes de ce nom dans tout le Moyen-Orient: l'iranien et l'israélien. Nous sommes donc en Iran devant un Etat légitime et, par là, moderne. »3

 

A Tunis, Sadok Chourou, 63 ans, ancien président du mouvement islamiste tunisien interdit Ennahdha, libéré le 30 octobre 2010 après avoir passé vingt ans en prison pour ses activités politiques, se trouvait en tête des manifestants. « Le nouveau gouvernement ne représente pas le peuple et doit tomber. Non au RCD », le Rassemblement constitutionnel démocratique de l’ancien président, a-t-il déclaré à l’AFP au cours de la manifestation, rassemblant un millier de personnes sur l’avenue Habib Bourguiba, dans le centre de Tunis. Des jeunes brandissaient près de lui une pancarte « Oui à Ennahdha ».4

 

« L'islamisme est l'équivalent de l'opposition démocratique à l'autoritarisme dans les sociétés chrétiennes. »5 De plus, ces mouvements se développent sur des facteurs identique : l'absence de mobilité sociale, la perte de légitimité du pouvoir centrale et un environnement international qui se modifie.

 

En conclusion, nous conclurons en disant que la Tunisie va sans doute à l'avenir créé sa propre voie, qui sera plus proche de celle de l'Iran que celle des états occidentaux, d'où de nécessaire conflit dans le futur proche. Prendre parti dans les affaires de la Tunisie est sans doute trop tôt, mais rappelons qu'en 1918, nous étions bien content d'avoir fait tomber le Kaiser en Allemagne et que moins de trente ans après est né la Bête Immonde, alors comme dise nos amis britanniques : « Wait and see » !


________

 

1 New-York Times, 26 décembre, 1992

5 Samuel P. Huntington, Le Choc des civilisations, Odile Jacob Poche, Paris, 2000, p. 162

Partager cet article
Repost0
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 18:23

   Et voilà, les élections législatives britanniques sont terminés ont connaît maintenant presque tous les résultats, il en manque un, car un des candidats est morts durant la campagne, si bien que les élections y sont repoussés au 27 mai. Les travaillistes ayant 258 sièges (soit 29%) alors que les conservateurs les ont devancés de façon confortable avec 306 sièges (soit 36,1%), mais cependant pas assez pour composer un gouvernement, car pour constituer ce dernier, il faut la moitié des sièges soient 326. Dans ce cas, les britanniques parlent de « hung parliemenents », que l'on pourrait traduire par ''Parlement bloqué''. On parle également de « hung parliemenents » lorsque la majorité s'est érodée au fil des élections, comme ce fut le cas avec le gouvernement de John Major, perdant les élections en 1997. Mais une élection semblable à celle qui se découle en Angleterre, n'a plus eu lieu depuis 1974, qui après une alliance entre travaillistes et libéraux, ont été obligé de re-faire voter le peuple britanniques un an plus tard car le gouvernement n'était pas stable et était arrivé une nouvelle fois en « hung parliemenents ». Comme en 1974, le parti Chrétien-libéral est en position de force avec ces 57 sièges pour apporter son soutien à l'un ou l'autre des partis en place, mais, il ne pourra que permettre directement une majorité pour les conservateurs, et non pour les travaillistes, qui devront alors draguer dans les rangs des Indépendants et des petits partis pour l'obtenir ; si le Labor réussit, on peut être certains que les britanniques seront rappelés aux urnes avant la fin de l'année, car la coalition ainsi formé sera beaucoup trop fragile pour durer, devant déboucher à un nouvel « hung parliement ». Ces transactions sont encadrés par trois personnes : le secrétaire général du gouvernement O'Donnel, Christopher Geidt, secrétaire particulier de la reine, et Sir Jeremy Heywood, secrétaire permanent du "10". Si des solutions ne sont pas trouvés, la chambre sera dissoute et de nouvelles élections auront lieu. En attendant, Gordon Brown reste Premier Ministre.  

Voilà bien le système parlementaire dans toute sa splendeur, ou l'intérêt commun est nié pour faire de la politique individuelle, selon son intérêt, car les parlementaires qui tourneront casaques pour un parti ou un autre, c'est qu'ils auront intérêts en fonction du poste proposé. Par exemple, il se dit que Nick Clegg serai intéressé par un poste de ministre de la justice qu'il négocie contre ses députés. Si l'alliance libéraux-conservateur avait lieu ce ne 'serait qu'une alliance temporaire, qui affaiblirai le pays lorsqu'elle se brisera, dans quelques années...

 

En ce qui concerne le scrutin, il n'y a eu qu'une fraude, la police britannique enquête pour savoir comment un garçon de 14 ans a pu voter dans la circonscription de Preston Nord. Son vote ne prête pas à conséquence car Tory Ben Wallace (conservateur) a été élu avec une large majorité.De plus, des centaines de personne  n'ont pas pu voter du fait , de file d'attente trop importante...

 

On peut noter que le score du British National Party est en augmentation, ayant gagner points et arrivant à culminer au pourcentage de 1,9% ; rappelons qu'aux élections précédent, il n'avait fait qu'un peu plus de 0,7% ; ce qui en fait la 5ème force politique de Grande-Bretagne, mais n'ayant aucun député. Son électorat est comparable à celui du Front National en France, le petit peuple déçu par les autres partis traditionnel car la crise économique s'installe si bien que le chômage commence à s'y multiplier, les agressions se développent au Royaume-Uni, si bien que ce parti constatant que l'immigration augmente et que les violences également, ils mettent en commun les deux faits, alors qu'il pourrait aussi bien être le fait de l'augmentation de la crise économique, engendrant une paupérisation des classes les plus faibles...

 

Les britanniques n'ont pas parlé d'une voix claire et unique, mais au contraire brouillé, où chacun apporte une réponse différente aux problème qu'il rencontre et ceux, même si la campagne n'a pas été brillante pour le camps travailliste et son président, Gordon Brown, avec sa bourde durant la campagne qualifiant un vieux militant de « sectaire », des affiches de campagnes faisant plus pensé à la République Populaire de Chine, que le Grand Timonier n'aurait pas renié et des débats qui n'avaient pas tourné à son avantage, ils ne perdent « que » 91 sièges, plaçant les conservateurs en situation peu confortable. Mais tous les partis souhaitent trouvé une solution rapide, pour que la vacances des institutions démocratiques, n'influent sur le marché et fasse baissé le coût de la Livre, enfonçant d'avantage le pays dans la crise.

Partager cet article
Repost0
6 mai 2010 4 06 /05 /mai /2010 12:28

Les espaces verts, dont la société est si friande, dans les villes peuvent engendrer une pollution, contrairement à ce que l'on croît bien souvent, car c'est vert, c'est naturel, ça ne pollue pas.

 

Erreur !! Les espaces verts au sein des villes ont une activité humaine, devant donc avoir un coût comme un entretien et une étude récente, d'un centre de recherche de Californie du sud 1, montre que les pelouses récupérant le carbone par le fait de la photosynthèse. Mais les graminés qui composent une pelouse ne comprennent pas assez de thykaloïde, servant à la transformation du carbone, pour récupérer le carbone dégagé pour leur entretien, ainsi que l'entretien courant du parc.

 

De plus, la production de fertilisant, engendre l'apparition d'un gaz encore plus nocif pour l'environnement, l'azote-oxyde qui est 300 fois plus puissant que le dioxyde de Carbone. Dans leurs études, les chercheurs ne s'arrêtent pas à la pelouse ornementale, mais également aux pelouses servant à la pratique de sport, souvent aérées, souvent piétinées, arrachées, qui polluent encore plus que les pelouses ornementales. Un parc produit autant de gaz à effet de serre qu'une ferme agricole, une des principales émettrices de gaz à effet de serre. Alors, pour respecter la pensé bobo actuel, consommant bio (attention à ne pas croire que bio, veulent dire sain, il y a une grande différence, puisqu'un camembert bio est toujours rempli de mauvais cholestérol, le chocolat bio est comme la chocolat normal, cancérigène si pris en excès, par exemple), qui veut préserver son environnement, il faudrait laisser les espaces verts en jachère, ou planter de véritable forêt, mais sans en faire le moindre entretien, ce qui engendrerait des difficultés pour le jogging ou les sorties en famille du dimanche. Alors crions à la mort des espaces vert en centre ville pour respecter la bien ''pensance'' actuelle ou taxons-les d'avantage, au nom de la défunte « taxe carbone » !!

 



1) Amy Townsend-Small ,  « Carbon sequestration and greenhouse gas emissions in urban turf », Geophysical Research Letters , 37, 2

 

Partager cet article
Repost0
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 14:57

Au nom du sacro-saint principe de précaution, après la tempête Xynthia, les autorités décident de classer toute une région dans une zone noire, inconstructible et inhabitable, pour un fait climatologique exceptionnel, qui ne s'est jamais vu de mémoire d'homme. Les digues, pour la plupart, n'ont pas cédé, puisque l'on a dû pomper l'eau de mer qui était présente dans les terres ; preuve qu'elles ne pouvaient pas s'écouler et que les digues étaient encore présente.

Rappelons-nous la grande inondation de janvier 1910 de Paris et de sa périphérie; périphérie qui a été inondée malgré les digues qui y avaient été construites. En effet, Paris intramuros ne connait pas d'inondations classiques, puisqu'on ne voit pas la Seine s'étendre progressivement, mais elle passe d'abord par les caves, par les soubassements, pour ensuite sortir dans les rues par les bouches d'aération et d'égouts. Si une crue semblable se reproduisait aujourd'hui, 15 arrondissements seraient touchés; il n'y aurait plus d'eau chaude, plus d'électricité, de gaz, d'eau courante; 200 000 personnes devraient être déplacées. Certains chiffres nous apprennent que le coût des opérations de remise en état de la ville s'élèverait à 12 milliard d'euros (contre 1 milliard d'euros en 1910)... Les pouvoirs publics ont prévu un plan d'urgence, mais rien ne nous dit qu'il fonctionnera ou non... Si le débordement de la Seine est supérieur à celui de 1910, ce qui est possible devant le grand chambranle climatique que l'on connaît actuellement (j'en veux pour preuve la tempête Xynthia ou encore la grande vague qui a dernièrement frappé Nice et Cannes, les chutes de neige en plein mois de mai dans le Sud-Ouest...), ce plan ne fonctionnera tout simplement pas, car il est prévu pour une crue semblable à celle de 1910. A moins que les pouvoirs publics ne fassent signer une décharge aux habitants (pour éviter que l'Etat se retrouve en procès avec ses citoyens, qui attendent tout de l'Etat), au nom du sacro-saint principe de précaution (appliqué sur le littoral ouest) et d'égalité entre tous (parisiens ou provinciaux) devant la loi, il faut raser Paris !

Partager cet article
Repost0