Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mars 2013 6 16 /03 /mars /2013 16:00

Après l'élection d'un nouveau souverain spirituel, le matérialisme devait bien se rattrapper. Le Saint Père François impose une image beaucoup plus décontracté et plus avenante de la papauté, apportant une atmosphère de fraicheur et de simplicité dans le lourd appareil que constitue la Curie. Ses éclats de rire dans la salle clémentine de ce vendredi, marque la décontraction que le nouveau Pape entend installer. Preuve que la "transition" est bien en marche, selon les journalistes !!! Rappelons que pour ces mêmes journalistes, le Pape émérite Benoït XVI devait être lui aussi un pape de transition...Si on part du fait que nous sommmes que de passages sur cette terre, que notre état est transitoire, alors tous les papes, , ne sont que des transitions, devant mener l'Eglise vers la fin dernière !

 

Mais revenons au changement de tête qui s'opère globalement à l'échelle du monde. Une autre transition à lieu en ce mloment à l'aqutre bout du continent eurasiatique. C'est une transition prévu et qui ne surprend personne. L'élection de XI Jinpinbg. Ainsi, il serai possible de faire le portrait par opposition entre le nouveau Pape et le nouveau chef de l'état chinois. Il est arrivé au pouvoir par différentes ententes, en utilisant pas toujours des méthodes forcément honnètes ; c'est un homme de l'ombre qui a su manipuler les caciquies du partie, voir qui a su s'en débarasser pour lui laisser le champs libre. Il est considéré par certains comme un être violent, qui entendrait revenir à la pure structure du marxisme originel, particulièrement sur le refus total de la religion.

 

 

Le très Saint Père, ayant eu dès sa première homélies, des paroles de feu : "quand on ne confesse pas Jésus-Christ, on confesse la mondanité du diable, la mondanité du démon", va sans doute s'heurter à ce nouveau dirigeant chinois. Iil est probable que l'Eglise souterraine de Chine connaisse encore un aggrandissement, et que les séminaires clandestins se multiplient, alors que les « officiels », eux, ferment leurs portent, comme ce fut le cas dans la province du Shanxi. On peut donc raisonnablement se demander qu'elle va-t-être l'attitude que va avoir le très saint père envers le nouveau pouvoir chinois.

 

Xi jinping

Xi Jinping, qui est le secrétaire général du partie communiste chinois qui depuis le XIIe congrès du partie a été élu, sans surprise président de la République Populaire de Chine.

 

 

La diplomatie chinoise attend du nouveau Pape qu'il arrête ces relations diplomatiques avec Taïwan ainsi que l'Eglise ne façe plus d'ingérence dans la politique interne de la Chine, y compris pour des motifs religieux. La même chose avait été demandé à Benoit XVI, demande qui avait été rejetté. La politique chinoise va être un enjeu important pour le nouveau Pape et pour le développement futur de l'Eglise en Asie.

 

 

Partager cet article
Repost0
14 mars 2013 4 14 /03 /mars /2013 12:49

afLes valeurs de la société, voir la société elle-même est en danger de mort ! Il ne s'agit pas de défendre la société patriarcale en soi, mais bien de reconnaître que les bottes martèlent le pavé de la liberté comme à Munich ou à Weimar au milieu des années 1930. En efet, la Suède veut obliger les pgarçons à faire pipi assis... En faisant ainsi, par l'interdiction de faire pipi debout, elle reconnaît que l'homme est supérieur à a femme, puisqu'il peut faire ce besoin naturel dans deux positions, alors que la femme ne pourrait le faire que dans une seule. Mais, le sexe n'est-il pas un construit social ? Alors pourquoi la femme ne peut-elle pas uriner debout ? Cette imposition de norme jusque dans l'intime va aussi loin, voir même plus loin que ce que les nazi avait comme idéal !

 

On le constate bien, l’égalité de fait entre les femmes et les hommes a acquis  une dimension quasi-constitutionnelle malgré le grand flou et l’irréalisme qui entourent cette idée. Elle est fondée sur le  postulat voulant que les femmes aient été  victimes de discrimination durant 20 siècles alors que  durant toute cette période la complémentarité des rôles respectifs était  apparue conforme à la nature  et plus susceptible d’assurer la perpétuation de la famille, de la race humaine. Lorsque des femmes ont décidé (après l’expérience les deux guerres mondiales) qu’elles voulaient  continuer  à travailler hors du foyer ou poursuivre leurs études, elles ont pu le faire. Or, il est apparu depuis que cette égalité de fait doit maintenant se réaliser  par l’oblitération des différences entre les femmes et les hommes mais toujours au profit des femmes et, en grande partie, par des mesures étatiques de «discrimination positive» qui défavorisent les hommes sans qu’ils puissent  s’y opposer légalement.

 


 

 

Comme on le voit dans cette viodéo, l'extrême féministe existe et il est à nos portes.En Suède, le féminisme est un modèle qui est aboutie ; mais certains, par souci électoraliste, veulent continuer à le développer pour en faire une idéologie nauséabonde mettant en péril l'équilibre même de la société. Rappelons évidemment, la suppression  de ce beau mot de "mademoiselle", ou encore la folie furieuse d'une certaine député à vouloir changé le nom de l'école maternelle, car elle fait référence à la notion de mère... VGoilà ce que l'on fait au nom de l'égalité.Même les bolchéviques n'avaient pas été jusque là, car Marx disait "A chacun selon besoins, à chacun selon ses moyens". Mais Marx est, à l'heure actuelle, un infame réactionnaire...

 

thDe plus, cette égalité n'est que dans un sens, puisque les métiers où les femmes sont majoritaires n'est pas ouverte (ou difficilement) aux hommes. Malgré la directive du 15 décembre 1997 qui fait une distinction entre la discrimination directe et la discrimination indirecte, cette dernière étant définie comme "la situation dans laquelle une disposition, un critère ou une pratique apparemment neutre désavantagerait particulièrement des personnes d'un sexe par rapport à des personnes de l'autre sexe à moins que cette disposition, ce critère ou cette pratique ne soit objectivement justifiée par un but légitime et que les moyens pour parvenir à ce but soient appropriés et nécessaires". Il suffit de regarder les diférentes offres d'emplois pour se rendre compte que les hommes n'ont que très peu accès à des emplois comme Hôte d'accueil, baby-sitters, ou encore sage-femme. Au nom de cette égalité, on peut très comprendre l'arrêt de la Cour de Justice des Communautés Européennes du 11 novembre 1997, nous apprenant que "si dans le secteur de l'autorité compétente de la promotion, les femmes sont en nombre inférieur aux hommes au niveau de poste concerné de la carrière, les femmes sont à promouvoir par priorité à égalité d'aptitude, de compétence et de prestation professionnelle…". La réciproque devait être vrai, mais ce n'est pas le cas !

 

Le crime est beaucoup plus grave que les crimes du parti NAZI, n'ont point que je veuille par là les minorer, mais ils ne concernent qu'une partie de la population mondiale. Là, cette idéologie est encore plus mortifère car elle détruit les liens entre les sexes, pouvant mener à la guerre du tous contre tous. Nous avoins tous nos différences et vouloir que la femme soit comparable à l'homme, face la même chose que lui, c'est prouver la suprématie de l'homme en refusant la part féminine de la société... La femme est tout aussi responsable que l'homme, si par exemple, on recherche des excuses à une cinquantenaire qui divorce pour partir avec un jeune adonis étranger n'ayant d'intérêt que pour son argent et qui part lorsqu'elle n'a plus rien, alors que si elle avait été un homme, elle aurait été traité de tous les noms, c'est reconnaître que la femme est inférieur à l'homme etest une petite créature fragile... On ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre. Stop à cette féminisation fascisantedes esprits !! Certains veulent y voir le vent démocratique, mais vu qu'il y a une opposition entre les ferments même de la société qui veut imposer à l'autre sa vision du bien commun, cette société est aussi démocratique, qu'une démocratie populaire nord coréenne !

Partager cet article
Repost0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 12:59

http://static.lexpress.fr/medias/420/1_413.jpgLes ministres des Finances de l’UE, les diplomates et les juristes ont commencé à partir du mardi 31 janvier à travailler sur le contenu concret des dispositions générales du pacte financier, projet d’accord sur la stabilité budgétaire. Les dirigeants de l’Union européenne l’ont approuvé lors du sommet du 30 janvier à Bruxelles.

 

Les consultations se poursuivront durant tout le mois de février, et il est prévu de signer le nouveau règlement financier de l’UE lors du prochain sommet début mars.

 

Si quelqu’un est capable de faire échouer les plans des initiateurs de cet accord, ce ne sont pas les récalcitrants tchèques ou britanniques, mais le principal allié d’Angela Merkel, ou plutôt la situation dans laquelle pourrait se retrouver Nicolas Sarkozy au printemps 2012.

 

Les transgresseurs répondront devant la Cour


L’équilibre des budgets des pays membres est le principe fondamental du projet approuvé. Ce principe sera considéré comme respecté si le déficit budgétaire annuel de tel ou tel pays ne dépassait pas 0,5% du PIB nominal. Toutefois, les pays ayant une dette publique largement inférieure à 60% du PIB peuvent afficher un déficit plus important, dont le seuil acceptable n’est pas expliqué dans le projet.

 

La règle d’or du budget équilibré ne fonctionnera pas en cas de force majeure, des événements imprévus indépendants de la volonté du gouvernement, par exemple un tremblement de terre ou une forte récession économique.

 

L’ensemble sera supervisé par la Cour européenne. Et les amendes aboutiront dans les caisses européennes d’entraide – le Mécanisme européen de stabilité (MES), appelé à remplacer le Fonds européen de stabilité financière (FESF), et il est prévu de l’augmenter au final jusqu’à 1.000 milliards d’euros. Seuls ceux qui adhéreront à l’accord de stabilité budgétaire approuvé pourront bénéficier de cet argent.

 

La grande victoire allemande


La vie conforme au nouveau règlement financier selon le modèle purement allemand commencera à partir du 1er janvier 2013. Sous réserve qu’au moins 12 pays de l’UE adhèrent à cet accord. Ce qui est, en principe, garanti. Sur les 27 membres de l’Union européenne, 25 pays ont accepté de le signer.

 

Ce règlement financier est qualifié d'allemand, car il a été pratiquement dicté par Berlin. La chancelière allemande Angela Merkel n’a pas déclaré par hasard après le sommet que c’était un "chef d’œuvre, vu les délais."

 

Chef d’œuvre ou non, on a effectivement commencé à parler sérieusement du pacte seulement en décembre.

Toutefois, étant donné que l’UE cherche à régler les problèmes de dette et de budget depuis deux ans, durant cette période il était possible d’élaborer une demi-douzaine de pactes et d’accords. Mais Merkel n’est pas responsable de ces atermoiements. Et ne ternissons pas la joie de la chancelière avec ce genre de critiques futiles. Après tout, elle a réussi à atteindre son but.

 

Et désormais il lui sera bien plus facile de convaincre les Allemands de lui permettre d’allouer un peu plus d’argent pour le sauvetage de l’euro. Or, il n’est possible de le sauver qu’en remboursant les dettes de la Grèce, du Portugal et de l’Irlande. En fait, c’était précisément l’idée du pacte financier: soit on promet aux Allemands la discipline, soit ils ne donnent pas l’argent nécessaire. Et l’agonie continuera.

 

Toutefois, aucune guérison immédiate ne se produira après le dernier sommet de Bruxelles. Tout ce qui a été fait durant ce sommet vise le long terme.

 

Le cas de la Grèce, qui traverse de graves problèmes financiers, n’a même pas été discuté pendant la réunion. Hormis la tentative de Merkel d’instaurer pour Athènes une sorte de superviseur financier ou de commissaire de l’UE chargé des finances. Le but était d’empêcher les Grecs de dépenser plus qu’il ne faut et de surveiller qu’ils utilisent comme il se doit, et non pas à leur guise, les crédits de l’UE destinés à rembourser les dettes.

 

Mais cela ressemblait fortement à un régime policier, et dans les couloirs certains ont même parlé de pratiques du style "Troisième Reich." Il a fallu renoncer au "superviseur" pour la Grèce.

 

Les réfractaires européens


L’adoption du document est réellement un succès. Réussir à convaincre non seulement 17 pays de la zone euro, mais également 8 autres pays qui n’en font pas partie (c’est-à-dire 25 des 27 membres), de s’engager à respecter à la lettre la discipline budgétaire et accepter les sanctions automatiques en cas d’infraction, est un véritable succès historique.

Même en sachant que pour l’instant Londres et Prague refusent de le signer. La Pologne a également agité son drapeau et a refusé au départ d’adhérer à l’accord. Mais ensuite le premier ministre polonais Donald Tusk a obtenu la certitude que les non-membres de la zone euro seraient également invités aux sommets réguliers lorsque les questions les concernant y seraient abordées. Et il a accepté.

 

La position du Royaume-Uni et de la République tchèque n’est pas une catastrophe pour l’Union européenne, bien que toutes les décisions importantes au sein de l’UE doivent être prises par voie de consensus.

 

En Union européenne, tout est fait de telle manière qu’il est toujours possible de trouver une faille dans chaque point de la constitution. Ainsi, le traité de Lisbonne ne peut être changé qu’avec l’accord unanime des membres. Mais rien ni personne n’interdit aux pays de conclure des accords à part se basant sur la réciprocité des intérêts.

 

L’éventualité d’une "catastrophe française"


Dans le cas de Londres tout est clair depuis longtemps. Les Britanniques ne se sentent jamais à leur aise au sein d’une organisation internationale où on ne les laisse pas déterminer et /ou imposer leurs règles du jeu et de conduite. Mais les Tchèques rejoignent aussi clairement les rangs des réfractaires européens. Cela ne ressemble pas à un duo de sabotage, mais ne garantit pas non plus la tranquillité par la suite.

 

Auparavant Prague a déjà passablement agacé Bruxelles, lorsqu’en 2009 le président tchèque Vaclav Klaus a longtemps refusé de signé le traité de Lisbonne sur la réforme de l’UE déjà ratifié par le parlement tchèque, car les droits des "jeunes" membres et des petits pays y étaient trop restreints. Il n’a accepté à contrecœur qu’après le référendum sur ce traité en Irlande et la signature du traité par le président polonais de l’époque, le défunt Lech Kaczynski.

 

Vaclav Klaus, un eurosceptique convaincu, avertit également aujourd’hui qu'il n'apposera jamais sa signature au-bas du nouveau traité. Mais son mandat présidentiel s’achève en mars 2013. Et l’UE espère que le prochain président tchèque ne sera pas aussi entêté. Et elle espère encore plus convaincre un autre eurosceptique tchèque, le premier ministre Petr Necas.

 

Ce dernier refuse également de signer le pacte. Pour l’instant. Il s’oppose au fait que tous les 25 pays signataires du pacte ne participeront pas à titre d’égalité aux sommets réguliers des 17 pays de la zone euro (qui seront organisés deux fois par an parallèlement aux sommets généraux de l’UE). Selon lui, cet accord n’apporte rien à la solution du problème actuel de la dette en UE et il sera très difficile de le faire approuver par le parlement tchèque.

 

Mais les objections mentionnées ci-dessus ne sont que les copeaux qui restent toujours après un grand travail.

 

L’Union européenne, la zone euro et Angela Merkel ont des problèmes bien plus sérieux. Le gros problème, c’est le principal allié de Berlin au sein de l’UE, le président français Nicolas Sarkozy.http://media.rtl.fr/online/image/2012/0207/7743234233_francois-hollande-lors-du-congres-du-spd-allemand-le-5-decembre-2012-pendant-une-rencontre-merkel-sarkozy-a-paris.jpg

 

L’élection présidentielle en France se tiendra en avril-mai. Dans tous les sondages Sarkozy est loin derrière son rival socialiste François Hollande. Merkel espère que la France aura le temps de ratifier l’accord sur la stabilité budgétaire fin avril. Au moins avant le second tour de la présidentielle prévu pour la première semaine de mai.

 

François Hollande a déjà promis que s’il est élu, il ne réduira pas les dépenses sociales, et il sera donc impossible de réduire le déficit budgétaire. Par conséquent, il n’aura aucun intérêt à signer un accord budgétaire.

 

François Hollande négociera donc la révision fondamentale du pacte. Et l’UE reviendra à la case départ, car le traité perdra alors tout son sens sans la France.

 

Ainsi la victoire de Merkel dépendra de l'éventuelle réélection de Sarkozy.

 

 

 

 

vu sur RIA Novosti par Andreï Fediachine, le 01/02/2012

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2011 6 12 /11 /novembre /2011 12:14

http://www.librairiecastela.fr/images/style/castela_tetiere.jpgIl suffit de se rendre à Castéla et d'essayer de commander un livre pour vous entendre répondre : "Désolé, on ne fait plus de commande ?" La question de la raison vous taraude, si bien que de nouveaux vous intéroger la vendeuse, qui vous apprend que c'est la fin de Castela. Imaginez l'effarement de l'auditeur...

 

Ce monument de la culture à Toulouse, fondé en 1917, qui va sans doute disparaître, et cela même si elle a reçu récemment le label Librairie Indépendante de Référence (LIR) pour le travail effectué par les libraires. Elle va mourir sous les coups de butoir de la FNAC, de Virgin et surtout de la baisse du pouvoir d'achat des français et de leurs désintérêt pour les lettres, pour la culture en général, préférant le pré-maché distillé par la télévision, comme des ourang outan jouant avec leur déjection. La fin de cette librairie laisse de plus en plus seul les toulousains épris du beau, de la culture dans la vaine défense de cette défense de cette dernière, et va empêcher ceux qui le souhaite de l'acquérir.

 

De plus, la place du Capitole perdra énomément de son charme, car par quoi la librairie Castéla sera-t-elle remplacé ? Par un énième bar, ou par unne grande chaîne de distribution, pourquoi pas un Quick ? Voir une "kebaberie" ? C'est l'âme de la place et donc de Toulouse qui se perd durablement, ne laissant qu'une place vide, vide d'intelligence, vide de culture, vide de son histoire...

 http://www.librairiecastela.fr/imagesmagasins/Photos/5174_212609.jpg

 

Il semblerait, selon les rumeurs, qu'elle devrait fermer après la trève des confiseurs ; étant donné que la plupart des employés ont déjà reçu leur  préavis de licenciement (celui-ci devant intervenir deux mois avant le licenciement). Le deuil peut-être profond pour cette librairie et pour ces libraires hautement compétent qui vont se retrouver au chômage C'est à la mort d'une librairie, mais également d'une place que nous assistons, mais si ne nous y faisons pas attention, c'est à la mort de la culture que nous allons, n'allons pas vers le futur imaginé par Bradbury, continuons à défendre nos libraires pour qu'ils continuent de nous proposer des livres d'exceptions pour nous permettre de nous cultiver, de rêver, de vivre !!

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 15:28

 « - Je répète les mots : profonde estime, répondit Aglaé avec le même sérieux qu’auparavant, — parce que dans ces vers est représenté un homme capable d’avoir un idéal et de lui consacrer toute sa vie. Cela ne se rencontre pas si souvent à notre époque. Cette poésie ne nous dit pas en quoi consistait proprement l’idéal du « chevalier pauvre », mais on voit que c’était une image radieuse, « l’image d’une beauté pure », et que l’amoureux chevalier portait même, au lieu d’écharpe, un chapelet autour de son cou. À la vérité, il y a encore, là une devise obscure, énigmatique, les lettres A. N. B. qu’il avait tracées sur son écu…

 

- A. N. D., rectifia Kolia.

 

- Moi je dis A. N. B., et je veux dire ainsi, répliqua avec colère Aglaé, — en tout cas, une chose est claire, c’est que, quelle que fût sa dame, quoi qu’elle fit, peu importait à ce pauvre chevalier. Il l’avait choisie, il avait cru à sa « beauté pure », cela suffisait pour que désormais il ne cessât de s’incliner devant elle ; s’étant une fois déclaré son serviteur, il devait, fût-elle ensuite devenue une voleuse, croire en elle et rompre des lances pour sa beauté pure. Le poëte a voulu, semble-t-il, incarner dans un type extraordinaire la notion de l’amour platonique, telle que la concevaient les chevaliers du moyen-âge. Naturellement, tout cela est un idéal. Dans le « chevalier pauvre », ce sentiment est arrivé au plus haut degré, à l’ascétisme ; il faut avouer que la faculté d’aimer ainsi prouve beaucoup en faveur de celui qui la possède ; c’est un trait de caractère qui dénote une âme profonde, et, en un sens, est très louable. Le « chevalier pauvre », c’est Don Quichotte, mais un Don Quichotte sérieux et non comique. D’abord, je ne comprenais pas ce personnage et j’en faisais des gorges chaudes, mais maintenant j’aime le « chevalier pauvre », et, surtout, je respecte ses hauts faits. »1

 

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/5/58/Dostoevskij_1872.jpg/250px-Dostoevskij_1872.jpgVoici des lignes éternelles qui reflètent bien la pensé d'un des plus grands écrivains russe, un des plus grands romanciers de l'âme slave, qui a donné de grandes lettres de noblesse à la littérature russe. Il s'agit bien évidemment de Fédor Dostoïevski, qui naquit il y a 190 ans aujourd'hui à Saint Pétersbourg, dans une famille issue de la noblesse polonaise.

Rendons hommage en ce jour, avec tous les Pétersbourgeois, à ce grand homme, qui connu un passage par les cercles fouriéristes, mais qui tout au long de son oeuvre montre bien que la plongé trop rapide de la Russie dans une société démocratique engendre des clivages et des conflits beaucoup plus violent qu'ils ne l'étaient par le passé. En effet, une grande part d'angoisse pris pied dans la société du fait de  la nouvelle importance du libre-arbitre et également de l'égalitarisation devant le droit mais n'abolissant pas les privilèges de naissance, d'où de fortes désillusions.

De plus, il « a deviné les tendances de la vie sociale des gens et a su prévoir des cataclysmes dont fut riche l'histoire du XXesiècle », a indiqué la directrice du musée littéraire Dostoïevski de Saint Petersbourg, Natalia Achimbaïeva.2

C'est au grand romancier, au mystique, qui s'interrogeait sur l'existence de Dieu que nous voulons rendre hommage, mais laissons au grand maître le soin de conclure en nous faisons une leçon :

 

 

« - Mais alors, que deviendra l'homme, sans Dieu et sans immortalité ? Tout est permis, par conséquent, tout est licite ? »3

 

 

__________________

1 L'Idiot,Chapitre VIII

3 Les Frères Karamazov, Chapitre XI,IV: L'hymne et le secret.

 

 

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 19:23

foetus15semainesL’Assemblée du Conseil de l’Europe a voté le 3 octobre 2011 une résolution condamnant la pratique de sélection prénatale selon le sexe, qui conduit à l’avortement de fœtus essentiellement féminins en Asie. Or, cette pratique touche également, dans des proportions inquiétantes, quatre pays européens.

Prendre en compte l’avortement sélectif selon le sexe comme une violence faite aux femmes, c’est une avancée majeure que tient à saluer l’Alliance pour les Droits de la Vie. Déjà des dizaines de millions de filles n’ont pas vu le jour en Chine et en Inde du fait de cet avortement ; or le rapport du Conseil de l’Europe souligne la présence de ce phénomène dans quatre pays européens : Azerbaïdjan, Albanie, Arménie et Géorgie. Les ratios y sont alarmants : jusqu’à 113 garçons pour 100 filles.

La discrimination sexiste n’épargne pas les garçons en Europe

Les auteurs du rapport, parmi lesquels Doris Stump (PS), identifient les raisons qui conduisent à cette sélection, notamment :la préférence pour un fils, qui reste ancrée dans certaines sociétés. ; D’autres motifs concernent plus généralement l’ensemble des pays européens, et touchent indifféremment les fœtus masculins et féminins. C’est la combinaison d’une taille plus limitée des fratries avec le souci, chez les parents, d’un équilibre garçons-filles qui explique la croissance de cet avortement sélectif. Par ailleurs, l’explosion des tests prénataux prédictifs de plus en plus précoces explique, dans la pratique, le développement de l’avortement selon le sexe. C’est pourquoi l’Alliance demande de toute urgence le développement des campagnes de prévention contre ce type d’avortement.

L’Alliance pour les Droits de la Vie regrette cependant qu’à l’occasion de ce rapport soit validée la pratique de la sélection prénatale du sexe visant à éviter un handicap d’origine génétique. Cette pratique représente pour elle une injustice accrue envers des êtres humains déjà conçus, marqués par la fragilité. Pourquoi faudrait-il faire exception au principe d’interdiction de la sélection et les trier ? Pourquoi les empêcher de naître au lieu de les accueillir et leur prodiguer les soins auxquels ils auraient droit ?

Lien vers la résolution du Conseil de l’Europe : ici

 

Alliance pour les droits de la Vie

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 14:08

pompei.jpgAujourd'hui est le jour de la fête de Notre-Dame du Rosaire. Elle se célébrait déjà, en 1547, à Tortosa, en Espagne, le troisième dimanche d'avril, quand fut instituée par Pie V la fête de Notre-Dame de la Victoire (1572) au premier dimanche d'octobre, en action de grâces pour la victoire de Lépante où, à l'entrée du golfe de Corinthe, la flotte chrétienne fournie par le Saint-Siège, l'Espagne, Venise, la Savoie, Mantoue, Ferrare, Gênes et Lucques, sous le commandement de don Juan d'Autriche, avait écrasé la flotte turque d'Ali Pacha (7 octobre 1571), alors supérieure en nombre. La victoire a un retentissement considérable en Europe, car c'était la première fois qu'une flotte chrétienne réussissait à vaincre la marine ottomane. C'est à cette occasion qu'on ajouta aux litanies de la Sainte Vierge l'invocation "Secours des Chrétiens, priez pour nous !"

 

Grégoire XIII qui attribuait la victoire de Lépante aux processions faites à Rome par les confréries du Saint-Rosaire, changea la fête de Notre-Dame de la Victoire en celle du Saint Rosaire et la fixa au premier dimanche d'octobre (1573) ; elle ne fut alors obligatoire que pour les églises romaines qui possédaient une chapelle ou une confrérie du Saint-Rosaire.

Clément X concéda cette fête à l'Espagne en 1671, avant que Clément XI l'étendît à l'Eglise universelle et l'élevât au rit double-majeur, près de 50 ans plus tard, en 1716, célébrée le jour de l'octave de l'Assomption, à la suite de la victoire de Peterwaradin que le prince Eugène de Savoie avait remportée sur les Turcs, le 5 août cette année là. Léon XIII en fit une fête de seconde classe et adopta l'office et le propre de la messe en usage chez les Dominicains en 1887. Le Pape Pie X la fixa, en 1913, au jour que nous lui connaissaont actuellement, à savoir le 7 octobre.

 

Alors pour que la France renaissent et retrouvent son chemin naturel pour aider les âmes et être fidèle aux promesses de son baptême, prions la très Sainte Mère de Dieu, par ce moyen qu'est le rosaire...

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 13:44

 

186144137

Le bouclier anti-missile sera prêt en 2018, nous apprend le secrétaire générale de l'Alliance Atlantique, Anders Fogh Rasmussen. Ce bouclier nous protègera des tirs extérieurs, mais constituera une grave menace pour la sécurité intérieure de l'Union Européenne. En effet, deux Etats qui se sont vu refuser leur entrée dans l'espace Schengen du fait de frontières pas suffisament sécurisé, vont voir sur leurs territoires, le déploiement de missiles d'interception. Cela pourrait constituer un moyen de forcer la porte de l'espace Schengen et d'obliger à une plus rapide destruction étatique, vers une fédération européenne.

 

L'armée, après le facteur économique, est le nouvel outil que les technocrates ont décidés d'utiliser pour accélérer le processus de destruction des Etats-nations, en faisant une redistribution des cartes, en donnant un poids géostratégiques à des Etats qui l'avaient perdu depuis plus de 1000 ans ; pour permettre une dissolution des nationalités. En effet, de grands mouvements populaires ont éclatés en Bulgairie contre les Roms, si bien que l'aide de l'Union Européenne va être très rapidement nécessaire pour endiguer les problèmes rencontrés, si bien qu'en tant que défenseur de l'espace aérien, la Roumanie et la Bulgarie ont un magnifique moyen de pression sur l'Union...

 

191148724

De plus, le positionnement de ces armements inquiètent au plus haut point la Russie. Elle crainds en substance que les Alliés n'utilisent leur armement contre eux. Une nouvelle guerre de Bloc ? Sans doute. La partie écrite en rouge sur l'image du dessus tant à le démontrer : "responsable chacun pour sa zone"... Même si des solutions sont en cours de négociations pour permettre d'éviter une nouvelle guerre froide, entre une Russie dont tous les indicateurs sont au vert, une nation qui retrouve le chemin de la puissance et un Occident américanisé moribond en recherche de ses valeurs et de ses racines...

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 22:26

Est-ce un progrès d'importance que cette musique dégénérée qu'est le rock face un retour en Afghanistan au cours d'un « grand » festival à Kaboul, puisque « pour la première fois depuis trente ans, les habitants de la capitale afghane ont pu participer à un festival de rock»1 ?

RockKab-530x366

 

En effet, le rock est la marque du sceau américain sur les pays conquis, et mis sous la botte du capitalisme internationale. Certes, le nombre de personnes présentes étaient relativement limité, puisque seulement 500 personnes se sont déplacés pour venir admirer le vacarme produit par des groupes issus d'Afghanistan et d'autres pays frontaliers, comme l'Ouzbèkystan ou le Kazakstan , avec même la présence de groupes australiens. Au total près de 6 heures de concert qui se sont déroulés à Kaboul sans heurt manifeste ; on ne change pas les mentalités en un jour, même lorsqu'il s'agit de la toute puissante machine a-culturel d'essence anglo-saxonne, si bien que l'alcool y était totalement banni. Ceci expliquant sans doute la tranquillité de ce festival, placé sous la menace d'attentat terroriste, si bien que la police était déployé en nombre (certaines sources affirmant même que la police était plus nombreux que les festivaliers). Non seulement l'alcool y était banni, mais les concerts se sont arrêtés à deux reprises pour permettre aux muezzins de lancer leur appel à la prière...

 

 

« Peu importe le vin, pourvu que l'on ait l'ivresse » telle peut être l'expression qui pourrait le plus caractériser le festival Sound Central. Il s'agit plus d'un non-événement qui fera date, puisqu'il part d'une valeur profondément symbolique qu'est la Liberté, retrouvé après les temps obscurs des Talibans, mais pas forcément d'un chemin vers le bonheur... Il s'agit plus de l'imposition d'une autre idéologie beaucoup plus virulente que la précédente et beaucoup plus sournoises avec ses propres schémas types de pensé ainsi que ses crimes d'apostasies, allant jusqu'à la déchéance publique - le rejet par les autres. Dans une société qui va s'individualiser, s'il n'y a pas un retour du religieux, le regard des autres va devenir primordiale dans la construction et l'acceptation de soi-même, comme le montre le psychologue Berger dans un article de 19522, si bien que la lapidation physique sera remplacé par une lapidation psychologique. Cette notion -La Liberté- contient en elle-même sont propre principe nocif et éminemment corrupteur des sociétés. Voilà, ce que les Afghans ont fêté lors de ce festival, la victoire du mondialisme et d'une pensé uniforme, sans forme, sans valeur (hormis celle de l'argent) et sans aucun fondement, ni enracinement dans l'Homme.

 

 

________________________

1« Rock à Kaboul », Euronews, 02/10/11 : http://fr.euronews.net/2011/10/02/rock-a-kaboul/

2« The relation between expressed acceptance of seif and expressed acceptance of others », J. abn. soc. Psychol., 1952, 47, 762-769

 

 

Partager cet article
Repost0
23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 01:08

En effet, nous ne pouvons qu'applaudir devant l'action d'organisations féministes qui ont décidés de manifestater contre les propos tenu par les hommes politiques pour rendre sans importance l'action que DSK aurai commis sur Nafissatou Diallo... Avec des remarques du style : « il n’y a pas mort d’homme » au « troussage de domestique » en passant par « c’est un tort d’aimer les femmes ? » ou les commentaires établissant un lien entre l’apparence physique des femmes, leur tenue vestimentaire et le comportement des hommes qu’elles croisent » regrettent-elles.

 

Voilà des choses qui sont totalement immonde et innomable, de considérez que la femme, n'est qu'un objet, uniquement bonne à la satisfaction des plaisirs de l'homme. C'est pratiquement une légalisation du viol... La femme est sans doute la plus belle création de dame Nature ou de Dieu (pour les croyants), et elles méritent le plus pure respect de la part des hommes, car elles sont leurs égales...

 

DSKbis2.JPG

 

Ces féministes a défendre ces positions n'étaient malheureusement que 500 à réclamer que ces propos immonde soit arrêtés d'être prononcé sur la scène publique, et surtout relayé par les médias. Leur position, allant contre celle des apparatchik du régime, ne seront bien évidement pas soutenue par les médias de  masse, préférant la théorie du complot...

 

Dans le futur, DSK n'a que très peu de chance (ou plutôt, pour lui, de malchance) d'être condamné, du fait de la précipitation dans laquelle son arrestation s'est déroulé (par exemple, la Police ne peut normalement pas appréhender quelqu'un dans une zone internationale comme un aéroport,...), mais les hommes politiques continuent à défendre vaille à que vaille leur "ami", en ne faisant pas attention à leur parente et en essayant de légitimer le supposé crime de DSK...

Partager cet article
Repost0