Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 novembre 2016 4 10 /11 /novembre /2016 13:01

Le Garçon de Marcus Malte, prix Femina 2016, est au sens le plus pur, une oeuvre littéraire intemporelle. Tout au long de son récit, cette oeuvre vous fait éprouver toute la palette des sentiments inhérent à la vie. La temdresse et la naïveté de la prime jeunesse, l'amour et la sexualité pour le début de l'âge adulte, le goût de la puissance et l'abandon des illusions pour finallement se terminer par l'attente inexorable de la mort.

 

Roman d'une vie, roman de la vie, mené par une plume, par un auteur disparaissant devant un récit qui est p-lus grand que lui. L'auteur se fait ainsi ombre, laissant le charme de son récit faire le nécessaire et bien plus que nécessaire.

 

C'est l'histoire d'un enfant anonyme, d'un enfant sauvage, sans nom, qui rencontre toute une galerie de personnages (tous ciselés d'une main de maître) qui lui apporte chacun une leçon particulière et l'amène peu à peu à connaître les usages, à developper ses connaissances et ses compétences. Ils le civilisent, mais la Grande Guerre arrive et le Garçon retrouve sa nature profonde...

 

Le Garçon Marcus Malte

 

Malgré ses qualités indéniables, ce roman est très marqué par son époque. En effet, depuis plusieurs années, beaucoup d'écrivains placent l'action de leur roman en ce début de XXe siècle, la Grande Guerre devenant une véritable chanson de Geste. La Grande Guerre, la Boucherie Héroïque, l'industrialisation de la mort, la civilisation débouchant sur la Barbarie est un miroir sombre dont on semble ne plus pouvoir détacher les yeux, sans doute dû à une fascination morbide de notre époque. Le culte de notre civilisation moderne pour la sacralité de la vie allant en opposition au Grand Moloch.

 

Ainsi, on retrouve cet attrait sacrificiel tout au long de ce roman. C'est sans doute la critique principale de ce roman (avec certaines scènes par trop cru, l'enfant sauvage, le sauvageon ne pouvant avoir une sexualité normale).

 

Maigre critique donc pour ce roman qu'il faut recommander à un public majeur. 

Partager cet article
Repost0

commentaires