Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 13:50

IV.jpeg« Allons camarade Chypriote, vous êtes dans l'Union, vous payez des impots à votre Etat, mais ce n'est suffisant ; maintenant, il, faut payer impôt à l'Union. Ce la vous donnera droit à quelques privilèges bien sûr, mais pas à la sécurité économique ; vu qu'au moindre désaccord on vous supprime le fruit du travail. Bon, si vous êtes pas d'accord du premier coup, comme ça s'est passé, où l'on avait pas mis de plafond minimal pour vous imposer, on dira au journaleux que l'on en avait pensé à un, mais que l'on ne l'avait pas inscrit. On fera un addendum pour corriger le tir... », ainsi pourrait parler le président de l'Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem.

 

Lorsque l'on entend le Premier ministre Jean-Marc Ayrault appelant le gouvernement chypriote à faire en sorte que "les très riches déposants" soient mis à contribution pour protéger "les petites gens, les gens modestes, les épargnants qui n'ont pas à payer la facture", on se demande si notre gouvernement ne fait tout et son contraire, alors que le ministre des Finances Pierre Moscovici avait sobrement déclaré samedi au petit matin en sortant de la réunion : "L'Eurogroupe a fait ce qu'il avait à faire".... Le gouvernement français n'entend pas les français, mais il ne s'écoute pas lui-même non plus, mais la situation est beaucoup plus grave pour Chypre.

 

Sans solution optimale, les chypriotes vontêtre contraintpar les marchés financiers eteuropéens à verser leur quittance, leur impôt à Bruxelles...

 

En effet, c'est bien de cela qu'il s'agit d'un impôt dû à un super-Etat ; dont le but est beaucxoup plus incidieux. Il pourrait se résumer assez simplement : « Nous vous prétons des sous, en échange de quoi, vous détruisez votre épargne... » Et que fait-on avec l'épargne,on investie, on innove... En gros, vous devenez dépendants économiquement de nous. Ce seront nosentreprises qui rachèteront les vôtres, ce seront nos produits qui prendront la place des vôtres ; ce sera nous qui feront vos politiques sociales et économiques ; vous adapterez le prix de votre travail à nos besoins. Et non content de forcer les Chypriotes de bazarder leur épargne, on leur demande également de privatiser, pour pouvoir racheter à moindre coût ce qui est rentable dans le pays. Ainsi contrôlé, Chypres sera l'esclave économique de l'UE et au travers elle, de l'Allemagne (et de son valet collaborationniste français)...

Partager cet article
Repost0

commentaires