Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 septembre 2009 6 26 /09 /septembre /2009 13:31

Alors que le sexe ne devient plus (ou n'est devenu) qu'une valeur marchande de plus en plus criante dans la société post soixante huitarde , où l'être humain n'est plus qu'un jouisseur capitalisant les liaisons sexuelles comme le plus éhonté des entrepreneurs de la Haute finance entasse l'argent ; la vie humaine n'a plus aucun type d'importance, où tout au moins perd chaque jour toujours plus de sa valeur au profit du consumérisme de masse.

Ce consumérisme de masse est maintenant favorisé par la pilule du surlendemain ou pilule "EllaOne", qui va engendrer un massacre encore plus important de la vie car, comme le dit si bien et avec autant de raison, Mgr Fisichella, président de l'Académie Pontificale pour la vie, "les embryons ont une dignité de personne et il ne peut y avoir de discrimination sur la vie humaine"(1). il continue d'ailleurs en disant que "la science est faite pour la vie, non pour la mort, et le scientifique, comme toute personne, doit avoir devant les yeux la vie de celui qu'il accueille et non qu'il refuse". D'ailleurs, ce produit peut également être nocif pour les femmes, non seulement "les conséquences canoniques sont les mêmes que celle prévues pour l'avortement chirurgical" mais il a engendré la mort de 29 femmes après l'absorbtion de cette pilule. A l'heure où cette pilule abortive arrive sur le marché français, il serait bon de rappeler à la suite du Docteur Xavier Mirabel (2), président de l'Alliance pour les droits de la Vie, que les pilules du lendemain et du sur-lendemain ne sont pas uniquement contraceptives, mais ont également comme impact de supprimer des vies déjà conçues. De plus, ces pilules sont un échec pour ce qui est de la prévention de l'IVG puisque ceux-ci ont augmenté de manière très importante chez les mineures avec un bon de 9% en un an...

Le consumérisme triomphe en toute chose, on veut consommer plus vite, disposer de toutes choses sans forcément en payer le prix. Voilà le résultat d'une société où les valeurs morales disparaissent, où la conscience collective se réduit à peau de chagrin et où l'individualisme, voir l'égotisme, prend une place de plus en plus criante dans la société, car comme le dit Mgr Fisichella "l'Eglise doit prendre un chemin différent de celui que la culture dominante veut imposer".

(1) Interview au quotidien italien Corriere della Serra en date du 31 juillet 2009
(2) Communiqué de l'Alliance pour les Droits de la Vie du 23 septembre 2006



Partager cet article
Repost0

commentaires

Saint Michel Archange 27/09/2009 19:13


merci d'avoir publier votre article dans la communauté benoit XVI. Vivre la vraie culture, la culture bonne pour l'homme, votre article contribu à cette vraie culture!